• drapreau en
  • drapreau fr
  • INFORMATION SCIENTIFIQUE

  • Le temps des géographes

     Versión en castellano con ese link.
     
    Le centième anniversaire de l’UGI est l’occasion de se réunir à Paris autour du thème « Le temps des géographes ». 

    La géographie, science en mouvement, peut revendiquer à la fois une riche histoire, et une pertinence renouvelée pour le présent et le futur. 

    Nous nous proposons d'examiner lors de ce Congrès du centenaire les grandes tendances de l'évolution de la discipline géographique et les différentes perspectives qui s'ouvrent à elle, à la fois dans la coopération internationale et interdisciplinaire, son rôle dans la compréhension et l'amélioration du monde, sa place dans les sciences sociales et les sciences de la nature, et sa pertinence pour les décideuses et décideurs et la formation des jeunes et des citoyennes et citoyens du monde entier.

    Les temps de la géographie s'accélèrent avec la mondialisation, les progrès des transports internationaux et des technologies de communication, mais aussi l'augmentation des contraintes et des catastrophes environnementales. Les conférences et colloques internationaux sont l’occasion, plus facilement qu’autrefois, de côtoyer des collègues de divers horizons et de débattre amicalement autour d’approches variées de la géographie. Mais ces temps de la géographie restent différenciés d’un pays à l’autre, certaines technologies avancées largement utilisées en géographie sont encore difficiles d’accès dans certains pays. Certaines thématiques novatrices, en particulier en géographie sociale, restent pour l’instant limitées à des aires culturelles spécifiques.

    Le contexte sanitaire d’urgence lié à la COVID-19 a aussi rappelé la brutalité avec laquelle certains bouleversements peuvent se produire. Il semble avoir accéléré certains processus, et en tous cas réinterroge de nombreux paramètres et dynamiques de la mondialisation. Les paradigmes scientifiques de la géographie d’un petit nombre de pays dominent la recherche, entre autres dans les revues universitaires publiées par quelques groupes éditoriaux puissants du monde anglo-américain. Comment faire émerger des thématiques propres à d’autres pays et régions du monde, et permettre leur diffusion dans le discours scientifique international ? La diversité linguistique et thématique des recherches semble se réduire au fil du temps alors même que le volume des publications explose : est-ce une évolution inéluctable ? C’est sans doute un des défis de la géographie du futur dans un monde où les continents asiatique, africain et latino-américain représentent une part croissante de la population de la planète et des effectifs de chercheuses et chercheurs.

    Le thème « Le temps des géographes » invite à interroger l’articulation entre les dimensions spatiales et temporelles du cadre de vie des êtres humains et des non-humains. Il permet de confronter instant et durée, éphémère et permanent, temporalités et intemporalités, unicité et répétition, rapidités et lenteurs, mobilités et immobilités, cycles et renouvellements, mortalités et immortalités, révolutions et stagnations, dynamiques et résistances, crises et résiliences, stabilités et instabilités, biostasies et rhexistasies, jeunesses et vieillesses, héritages et prospectives, articulation des échelles spatiales et des échelles temporelles, la géographie et la société.

    Diverses branches de la géographie y trouveront matière à réflexion théorique et méthodologique, nous en donnons ici quelques exemples : 

     En géomorphologie (temps long des continents, temps court des séismes et glissements de terrains, patrimoine géomorphologique),
     En climatologie (temps long du réchauffement climatique, temps bref des paroxysmes météorologiques, variations temporelles des précipitations, cycles El Niño), 
     En hydrologie (crues soudaines, crues lentes, rythmes…), 
     Dans la géographie des risques (prévention, réactivité, gestion de l’urgence, résilience physique et humaine),  
     En démographie et géographie des populations (transition démographique, croissance des populations, migrations),
     Dans le domaine de la géographie des transports (temps de déplacements, temps de l’intermodalité et des interconnexions), 
     La géographie politique (frontières, reconfigurations géopolitiques),
     La géographie historique (le temps long de la géographie, les évènements, les échelles temporelles), 
     La géographie urbaine (transition urbaine, renouvellement urbain, la planification),
     La géographie sociale (dynamiques spatiotemporelles de l’exclusion, genre et rythmes de vie, perceptions et vécu de l’espace aux différents âges de la vie), 
     La géographie culturelle (patrimoine, lieux de l’éphémère et de l’évènementiel, géographie de la nuit), 
    Et de nombreuses autres ….
     
    Cette thématique du temps permet d'intégrer et de revisiter la "time geography", la géographie des rythmes et les modèles de diffusion, la cartographie dynamique, la réflexion sur le développement durable.

    Le temps “linéaire” a vécu. La correspondance entre espace et temps, associant par exemple les espaces de vie à toutes les échelles et des durées spécifiques (minutes, heures, jours, semaines, mois, années, décennies, siècles et millénaires) est remise en cause par la mobilité croissante des populations, les migrations de travail, les déplacements professionnels en train ou en avion, l’instantanéité des communications, l’émergence d’espaces virtuels (cyberespace) et de communautés virtuelles (réseaux sociaux). Si l’aire géographique et la structure des systèmes spatiaux sont traditionnellement corrélées à la durée de leur existence (civilisation chinoise, monde judéo-chrétien, permanence des hiérarchies urbaines, systèmes de riziculture intensive), ce couplage est aujourd’hui bien plus complexe ; de nouveaux pôles dynamiques et de nouvelles centralités dans les réseaux apparaissent en des lieux inattendus avec l’essor des transports aériens (par exemple Dubaï). Les temps de parcours sont plus importants que les distances à parcourir et transforment la perception de l’espace par les hommes. Bruxelles est à une heure trente de Paris par TGV, Hong Kong à deux heures de Manille par avion. On ne traverse plus les États-Unis en 5 mois ni 5 semaines ni 5 jours mais en 5 heures. L’espace semble se rétrécir avec le temps.

    Faisons de ce moment géographique de l’été 2022 une étape mémorable de la géographie mondiale, qui réaffirme la pertinence de l’approche géographique pour la société de notre temps et de notre avenir !
     
  • Inscriptions
    INSIGHT OUTSIDE
    26 Avenue Jean Kuntzmann
    ​38330 Montbonnot-Saint-Martin, France
    Tel : +33 825 595 525 (0,15€/min*)
    Permanence téléphonique du
    lundi au vendredi de 14h00 à 17h00
    Organisateurs
      
    * prix depuis ligne fixe opérateur historique, une surtaxe peut être appliquée selon les opérateurs, décompte à la seconde au delà des 45 premières secondes.
    Conformément à la loi Informatique et Libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification aux données personnelles vous concernant en vous adressant à INSIGHT OUTSIDE 26 avenue Jean Kuntzmann, 38330 Montbonnot-Saint-Martin/ France. Conformément à la loi pour la Confiance dans l'Economie numérique du 21 juin 2004, vous pouvez également vous opposer à l'utilisation de vos coordonnées, en envoyant un simple courrier à l'adresse ci-dessus.
    © 2005 - 2021 Insight Outside
    Mentions légales - Politique confidentialité